mardi 18 septembre 2012

Faut-il garder ses amalgames dentaires ?

Il est temps de donner enfin mon point de vue sur la question. Pour ou contre les amalgames dentaires ? Toxicité ou non toxicité ?



Pour commencer, nous allons faire un cours de biomatériau et regarder la composition d'un amalgame dentaire

Premier point, malgré son appellation dans le langage commun de "plombage", il n'y a jamais eu un seul gramme de plomb dans sa composition. 

Le composant majeur (40 à 70 % en poids) est l'argent d'où le nom scientifique d'amalgame d'argent. 

Deuxièmement il y a différentes générations d'amalgames, les vieilles ont le plus de mercure, les nouvelles quasiment plus. Les vieilles étaient préparées avec un amalgamateur qui produisait des vapeurs toxiques pour le praticien et son assistante (le patient moins, car comme pour la radio il ne passe pas 35 heures par semaine au cabinet). Aujourd'hui il est entreposé en capsules, que l'on vibre, la poche de mercure est percée durant le processus mais aucune fuite n'est possible (contenu toujours dans la capsule).





Bon il existera toujours des personnes pour dire que le lobby des dentistes est si puissant que même le conseil de l'ordre est vérolé, que l'on sait que c'est toxique et que l'on ment. Oui le mercure est toxique mais quand on consomme un poisson péché en mer il en contient autant. Le maximum de toxicité est obtenue lors de la pose (il y a 30 ans pendant la préparation également du fait des vapeurs et du mélange) si des excès tombent dans la cavité buccale mais nous ne sommes pas des sagouins, l'aspiration ça existe ... et durant la dépose. Effectivement quand on élimine les anciens amalgames pour les remplacer par du composite, les poussières et débris peuvent être ingérés ou inhalés. Là encore l'aspiration existe (le champ opératoire aussi pour isoler).

La disparition des cabinets dentaires de l'amalgame dentaire est un grand regret pour la plupart de mes confrères. 

Son utilisation a été supplantée par l'essor du composite pour raison esthétique et aussi écologique. De nombreux cabinets ont arrêté "d'en poser" du fait de la collecte des débris d'amalgames qui passe par une filière différente du traitement des déchets infectieux. 

Certes l'amalgame dentaire est aussi gris et argenté que le composite se confond avec la dent mais ses propriétés mécaniques et sa tolérance aux liquides biologiques en faisait un matériau de choix dans de nombreux cas.

Un patient qui présente de nombreuses caries par manque d'hygiène se voit maintenant sortir avec des composites sur toutes ses caries. Là où le joint de l'amalgame était étanche, celui du composite s'altère avec les années (d'où cette coloration brunâtre qui apparaît). De nouvelles caries apparaissent si le patient n'est pas vigilant. Il existe très peu des cas de reprise de carie sous un amalgame. Il peut durer toute une vie contrairement au composite. Ses seuls inconvénients (avec la teinte inesthétique) sont qu'il n'adhèrent pas à la dent, la cavité doit avoir une certaine forme (tapez contre-dépouille dans google ) donc ils sont moins conservateurs pour la dent d'une part et présentent un risque de fracture si ils sont trop volumineux.

Le composite lui adhère à la dent, ce qui lui permet de renforcer des parois fines résiduelles qui auraient été éliminées pour poser un amalgame, ainsi il est cohésif (et plus conservateur) et créé un ensemble composite-dent plus renforcé.

VENUS FLOW

Par contre en cas de saignements gingivaux, langue trop volumineuse et salive abondante, le composite est contre-indiqué. Toutes ces petites têtes blondes pleines de caries ont maintenant la joie d'avoir de belles dents qui ont l'air propres mais qui ont de l'étanchéité que le nom. Une goutte de salive et on sait que tout est perdu, là où un amalgame aurait été plus tolérant (l'argent est bactéricide au niveau du joint).

On évoque toujours la toxicité du mercure mais si vous saviez ce que contient un composite vous auriez peur. 

L'adhésif est tellement "chimique" qu'à lui seul il peut provoquer une nécrose (mort spontanée) de la pulpe si il en est trop proche...

La disparition de l'amalgame fait des heureux, ces nombreux dentistes qui disent maintenant à leurs patients que pour reconstituer une molaire il n'existe que des reconstitutions prothétiques car leur composite est défaillant (et qu'ils ne veulent pas investir dans du composite performant). Donc ils vont vous proposer de remplacer tous vos anciens amalgames par des inlays-onlays. La peur fait parfois le bonheur des autres.

Si je suis parfois "méchante" avec mes patients quand ils ferment la bouche ou repoussent les cotons salivaires qui isolent la dent c'est pour une bonne raison, je n'ai plus d'amalgame à ma disposition et à chaque cas je dois faire preuve de force pour faire une obturation durable.

Gardez en tête qu'une dent obturée n'est pas une dent exempte à vie de carie, sous un composite cela peut revenir en un clin d'oeil...





lundi 10 septembre 2012

C'est la rentrée ...

Sauf que je ne suis pas partie en vacances. 

Je subis donc à nouveau les hordes de gens pressés et malodorants le matin dans le métro après 1 mois bien tranquille où les rames étaient si vides qu'on se serait crus après une attaque de zombies.

J'ai survécu au double emploi du temps, aux cabinets parisien et de banlieue désertés par leurs titulaires me laissant la charge des urgences. 

J'ai eu confirmation que j'avais fait le bon choix en quittant le cabinet A. A part des rescellements de prothèses défectueuses, je n'ai pas servi à grand chose. Heureusement qu'un enfant s'était pété les dents de devant pour changer de cette monotonie. Beaux quartiers oblige le téléphone n'a pas sonné aux alentours du 15 Août et ils sont tous revenus de vacances pile la semaine où le cabinet était ouvert mais sans praticiens (un concept assez intelligent vous en conviendrez pour payer les assistantes à rien faire plutôt que de leur laisser du rab' de vacances). Ma patience ayant des limites, j'avais décidé de quitter le navire une semaine avant la rentrée du patron pour me concentrer sur le cabinet B et ma vie personnelle.

Bizarrement au cabinet B j'ai eu de vraies urgences. De vraies inflammations pulpaires (aka rage de dent) à se taper la tête contre le mur, des composites cassés, peu d'urgences du cabinet (ce qui est toujours bon signe). Des patients très reconnaissants, qui avaient fait toutes les pages jaunes pour trouver un cabinet ouvert. Bien sur j'ai refusé des urgences, parce que mes patients avaient aussi le droit d'avoir des soins sans avoir des séances raccourcies et j'avais aussi le droit d'être chez moi à 20h. 

J'ai gardé mon rythme sportif intact et je suis fière quand j'entendais tout le monde me dire que je ne tiendrais pas à enchaîner une journée de 10h et 9 km à 8h du soir. Même si il a fallu faire des choix et ne pas faire partie de ceux qui buvaient tranquillement un verre en terrasse. Et en contrepartie d'un corps musclé délaisser les coups de fil pour me consacrer à mon amoureux en rentrant.
 
J'ai encore une fois chopé la crève avec la clim'. Comme l'an dernier à la même date. Pourtant j'ai résisté, fermé les stores, travaillé dans la chaleur mais parfois je voyais bien que les patients nécessitaient un peu de fraîcheur (surtout après le court passage dans la salle d'attente très tempérée).
 
J'ai découvert à mon plus grand étonnement que le quartier n'était pas si black blanc beur mais surtout très asiatique. Avec les nuances que l'on connaît dans la langue chinoise et leurs innombrables dialectes, je suis très mal partie pour les comprendre tous. Heureusement la plupart viennent accompagnés. C'est d'autant plus dur quand il s'agit d'une petite fille de 4 ans qui en plus de voir quelqu'un d'effrayant (le dentiste), ne comprend pas ce qu'on lui dit (surtout si c'est en contradiction avec sa maman qui lui dit qu'on va "arracher ta dent, t'inquiètes pas ").

Par contre avec toute cette polémique sur les expulsions de Roms et les nombreuses nationalité que j'ai déjà vu défiler, je me suis rendue compte que je n'avais jamais soigné un seul Rom. Qui sont donc aussi exempts de tous le système de soins (en plus du système scolaire) faute d'adresse fixe ou répertoriable (faut le vouloir de dire à la CPAM qu'on habite sur la 1ère allée après le 3ème arbre au bois de Vincennes). Si je devais faire une action humanitaire, je soignerais un Rom gratuitement (mais vraiment gratuit vu que même la sécu ne me paiera pas) mais vu la taille du bidonville d'à-côté, çe risquerai de finir en émeute.
 
Finalement c'est aussi ça Paris, marcher avec des oeillères, ne plus prêter attention aux souffrances qui nous entourent par égoïsme un peu (mais même Chuck Norris et Superman ne pourraient pas tous les sauver), par exaspération, lassitude.

Et je commence à penser aux vacances, encore lointaines mais qui vont être tellement bonnes et appréciées !


Une erreur est survenue dans ce gadget