lundi 5 janvier 2015

Légende urbaine "C'est les dents !"

En tant que parents on a tous connu ce moment où notre enfant pleure et où l'entourage/la nounou/la voisine de bus/la concierge/nous-même (rayez la mention inutile) nous dit "Oh c'est normal il est grognon ce sont les dents".



Certains diront qu'ils n'ont jamais donné un seul suppositoire (ou pipette) de doliprane, d'autres qu'à chaque fois "il me fait/faisait une otite". 

Face aux symptômes annonçant la venue d'une dent, que faire ? Mettre tout sur le compte de la poussée dentaire et ne pas s’inquiéter ? Ou au contraire chercher si il n'y a pas de désordre systémique ?


Le mythe entourant la poussée dentaire chez le nourrisson est si fort qu'en 1839 on lui a attribué 5016 décès en Angleterre et Pays de Galles soit 12% des décès chez les moins de 4 ans  ...
Ces croyances ont perduré malgré les études menées (dont celle d'Honig à Philadelphie auprès de pédiatres).

Les enfants souffraient alors de diarrhées, présentaient de la fièvre, des érythèmes fessiers, un nez qui coule. Mais aucun de ces symptômes n'a pu être expliqué par la poussée dentaire. 

Néanmoins l'hypersalivation, le besoin de mordre, le suçage de pouce, la perte d'appétence pour les solides le fait de se frotter l'oreille, l'irritabilité et l'agitation diurne seraient bien expliqués par la poussée dentaire. 

35 % des enfants qui "font leurs dents" ne présentent aucun symptômes. 

Il ne faut en aucun cas attribuer "aux dents" les bronchites, éruptions cutanées, diarrhées, perturbation du sommeil, toux, vomissements  et une  fièvre (supérieure à 38.8°C)  , ainsi que la perte d'appétence pour les liquides, cela ne ferait que reculer le diagnostic d'une pathologie plus grave et dangereuse (gastro-entérite aiguë, méningite, bronchiolite, primo-infection à l'herpès buccal..).

Finalement le problème viendrait aussi des parents qui cherchent à se rassurer en trouvant une raison aux modifications d'humeur ou de sommeil de leur enfant. Il est par ailleurs difficile de distinguer ce qui est physiologique ou non à l'âge de la première dent ( vers 6 mois généralement) , âge auquel la plupart des mères n'allaitent plus exclusivement au sein, où l'enfant développe son propre système immunitaire et développe des affections mineures, est gardé "à l'extérieur" et découvre les microbes en collectivité, et où il découvre les aliments solides et le monde qui l'entoure en général (léchage de sol ou de jouet pas propre ou partagé inclus), l'utilité de sa langue et la déglutition ! 

On notera par ailleurs que l'éruption des dents définitives (sauf les dents de sagesse) se fait sans "bruit". 




En attendant quel traitement donner à l'enfant ? 

Steward (Steward M. Infant care – teething troubles. Community Outlook 1988; May: 27–28.) recommande cette approche :

  • Dans un premier temps, donner à l'enfant un objet froid à mordre (propre et dur de préférence NDMM). Eviter les aliments à base de glucides (donc le pain, les boudoirs ...) en raison du risque carieux.
  • Si  la douleur et l'inconfort persistent, donner du doliprane sans sucre en sirop (les suppositoires c'est bien aussi mais article anglais NDMM) (et l'homéopathie aussi si vous y adhérez NDMM).
  • En dernier recours mettre un gel anesthésiant sur les gencives. 
D'autres pistes ici





Post inspiré par la lecture de cet article.  

Et un rappel :





Update:

Ce que j'ai testé

Esthétique et pratique car se met au frais. Par contre au réfrigérateur je trouvais que ce n'était pas assez froid donc je le plaçais dans le congélateur. C'était parfait pour soulager sauf que Bébé Carie préférait mordre le plastique vert et s'est donc fait une cloque/brûlure au froid en tenant par la partie "fruit".
L'inconvénient pour moi de cet anneau est qu'il en faudrait 2 en période de poussée dentaire, pour en avoir un "toujours frais", car mine de rien ça se réchauffe vite.
Par ailleurs on ne peut pas le laisser dans le lit pour la nuit ou alors on perd l'intérêt du froid pour soulager.



L'anneau de dentition "classique" dur est pour moi une valeur sûre, on peut le laisser sans problème dans le lit sans se soucier du risque d'étouffement, de brûlure au froid ... En plus ce modèle avec les mini-peluches était parfait pour le distraire en dehors des poussées dentaires.


Ces anneaux sont adaptés pour les premières dents, mais dépassés pour l'apparition des molaires. Alors j'ai cherché (surtout après avoir constaté que Bébé Carie aimait mâchouiller la brosse à dent manuelle) un autre modèle.


Au premier abord on se demande si ce n'est pas un peu barbare, mais ce fut adopté sans souci, l'avantage est que le bébé (à l'âge des premières molaires) sait orienter les picots pour bien masser. pas de problème de régurgitations dues à un enfoncement profond dans la glotte (la bague de sécurité est là aussi pour ça). Je déplore de ne pas avoir trouvé de kit avec la brosse de massage seule, je me dis que je vais garder la brosse à dent 1ère âge pour un futur bébé. 


A lire sur le sujet http://www.sciencesetavenir.fr/sante/os-et-muscles/20160602.OBS1791/poussees-dentaires-des-nourrissons-definition-symptomes-traitements.html

11 commentaires:

  1. Le truc, c'est qu'un bébé, ça pleure, plus ou moins tout le temps, en premier lieu parce que c'est son seul moyen d'expression. Ca pleure quand il faim, pas faim, froid, chaud, fatigué, trop en forme.
    L'autre truc, c'est que plutôt que l'admettre et se dire que ça va passer gentiment, les parents veulent trouver une cause. Absolument. C'est les dents, c'est les fesses rouges, c'est les coliques. Là, ça va, ça rassure, c'est juste ça, ça va passer.

    Je pense effectivement que l'homéopathie est le meilleur des traitements dans le cas présent: à maladie imaginaire, médicament imaginaire.

    Sethef

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le pb des bébés, on essaie de comprendre pourquoi ils pleurent ou sont embêtants, en fait c'est juste leur caractère de base, et pour être tranquille les médecins disent de donner la camillia. Le parent arrête de stresser et de se lever, pouvoir placebo magique et hop le bébé dort.
      Mais c'est vrai c'est beaucoup plus simple de se dire que la boulangère a raison, il fait ses dents le pauvre !

      Supprimer
  2. Mais ça veut dire que ma fille qui hurle au coucher depuis une semaine est juste RELOU? je préférais les dents comme diagnostic... :)
    Merci pour l'article!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle est juste relou oui ;) Regarde si la garantie durait bien un an tu peux encore l'échanger :D

      Supprimer
  3. Que de fois ai-je entendu "c'est les dents" pour mes enfants... premières dents de mon fils: 8 mois, premières de ma fille: 13 mois!!! Et finalement quand elles sont enfin sorties, et bien, on ne s'en apercevait quasiment pas.
    Par contre, je ne suis pas d'accord avec ta dernière phrase: les molaires définitives, les deux les ont bien senties passer... et là ma fille a 2 incisives qui bougent mais pas assez pour tomber et c'est rudement emmerdant (surtout pour manger des pommes!!) et du coup douloureux.

    Perso, en tant qu'assmat, je me bats contre les colliers d'ambre, je refuse qu'ils soient portés chez moi.

    RépondreSupprimer
  4. Coucou, ce que je conseille c'est de donner aux enfants un objet froid à mordre puisque la pression sur la gencive et le froid soulage la douleur.

    RépondreSupprimer
  5. Ma fille n’avait toujours aucunes dent pour son premier anniversaire, je commençais à m’inquiéter…Puis, en un mois, la première est apparue en haut, sur le devant et les autres ont rapidement suivi. Elle a appris à marcher la semaine même où elle a fait sa première dent. Deux grands événements dignement fêtés.

    RépondreSupprimer
  6. En effet c'est dur de faire vivre ça aux enfants mais on ne peut rien n'y faire! c'est la vie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parfois/souvent ça se passe très bien (dit celle qui voit 4 dents arriver face à bébé non affecté).

      Supprimer
  7. En ce moment, mon Numérobis enchaîne les otites, les poussées de fièvres inexpliquées, les selles débordantes, les nuits pourries et les régressions alimentaires.

    Je ne suis ni médecin ni dentiste, mais en plus de parfaire son imunité (1 an de vie et 8 mois d'expérience en crèche!!), on est en plein dans le "printemps de la dents".

    Alors oui, après 3-4 jours de galère, ces derniers temps je dis souvent à mon mari: "t'as vu, il a nouvelle dent, tu vois je te disais que c'était ses dents!!".

    Pour mon 1er, j'ai découvert le 1 dent = 1 otite!

    C'est pas que j'ai besoin d'une explication mais après coup, on aime être rassuré et savoir qu'on a pas loupé un truc, parce que j'ai beau être cool, voir mon bébé souffrir et savoir que je ne peux rien faire c'est rude.

    RépondreSupprimer

Une erreur est survenue dans ce gadget