vendredi 30 janvier 2015

La chute

En tant que dentiste on a tous vécu ce moment où déboule une mère de famille en larmes qui a récupéré son enfant en sang à l'école (ne cherchez pas c'est rarement le père qui débarque).

"Maman j'ai trouvé une dent !"

Forcément c'est la panique car ça  saigne, la lèvre a gonflée, l'enfant pleure, n'a pas voulu de son biscuit préféré.

Heureusement il y a l'assurance pour payer l'implant.

Forcément l'enfant se laisse moyennement approcher, voire pas du tout ausculter et il faut le revoir une semaine ou quelques jours après au calme (entre l'angoisse du parent et l'urgence "qui tombe mal", on est jamais dans de bonnes conditions).

Avant j'avais tendance à dire que si le choc était sur une dent de lait on s'en fiche un peu.

Puis j'ai participé à une séance de formation lors d'un congrès et j'ai révisé mes connaissances. 

Certes pour une dent de lait il n'y a pas grand chose à faire en urgence. Le choc est arrivé , on peut juste prévenir les parents que selon l'importance la dent définitive pourra être touchée en dessous (enfin plutôt le germe en formation qui est très proche avant les 2 ans de l'enfant). La seule surveillance que l'on peut faire à domicile est le contrôle de la coloration de la dent, si elle se grise il faudra procéder à un traitement canalaire (grand moment de pouvoir trouver un dentiste pouvant faire ça sur un enfant de moins de 5 ans, à part au CHU ou un pédodontiste c'est impossible). Si la douleur continue et que l'enfant est gêné pour manger ou mastiquer il faudra extraire la dent (dans la même idée de prévenir une infection qui pourrait endommager le germe de la dent définitive).

Pour une dent définitive bien sûr c'est différent.
D'abord on peut la réimplanter si elle a été expulsée (tout en sachant qu'à l'âge adulte il faudra certainement poser un implant sur le site).



On peut poser une contention en cas de mouvement important.

Ou protéger la pulpe en cas de fracture de la couronne en attendant de faire un composite.


Je vous invite à consulter ce site qui est très bien fait (malgré qu'en anglais) qui aide quand on pas un dentiste à portée de main rapidement (combien de chutes arrivent le week-end ou pendant les vacances ?).



Vous pouvez également acheter l'application suivante (uniquement sur iTrucs).

Histoire de détendre les esprits (on est rarement sereins et emplis de contrôle de nos émotions quand la chair de notre chair s'éclate au sol) (non c'est pas de moi que je parle mais d'une copine), je vous copie-colle cette vignette que j'ai trouvé en faisant mes recherches.

(Bon personnellement Bébé Carie ne semble pas apprécier le contact de la glace sur son front et préfère arborer des bosses) (N'appelez pas les services sociaux ils sont déjà au courant) (Et puis je ne me cherche pas d'excuse mais vous en connaissez beaucoup des enfants qui essayent de se mettre debout sans tomber ?). 






samedi 24 janvier 2015

Pourquoi j'ai une haleine de phoque le lendemain d'une soirée ?

Il suffit d'arrêter de boire pendant quelques mois pour se rendre compte que cette sensation de bouche pâteuse mais sèche et cette haleine si caractéristique ne sont pas pas causées uniquement par l'abus d'alcool.

Oui, grosse révélation, peu importe qu'on ait "éclusé grave" ou passé une soirée monacale, il y a un déterminant commun pour obtenir l’haleine fétide du matin, la déshydratation en eau.

Quand je vois le nombre de sprays qui existent ou quand j'entends dire que certains se lavent les dents avant le petit déj pour chasser cette fameuse haleine de poney, j'ai envie de les aider.

C'est un peu notre côté sur-consommateur de médicaments qui prend le dessus sur le bon sens.

A part si on souffre d'une halitose réelle (mauvaise haleine avérée constatée objectivement), auquel cas il faut appliquer ou adopter d'autres moyens thérapeutiques (brossage de la langue, consultation d'un ORL ...). 


On observe souvent ce phénomène en lendemain de soirée arrosée car l'alcool, bien qu'il soit un liquide, déshydrate.





Il n'y a qu'une seule solution BOIRE DE L'EAU.
Beaucoup ne boivent pas les 1,5-2 L d'eau nécessaire chaque jour à notre corps.

lundi 5 janvier 2015

Légende urbaine "C'est les dents !"

En tant que parents on a tous connu ce moment où notre enfant pleure et où l'entourage/la nounou/la voisine de bus/la concierge/nous-même (rayez la mention inutile) nous dit "Oh c'est normal il est grognon ce sont les dents".



Certains diront qu'ils n'ont jamais donné un seul suppositoire (ou pipette) de doliprane, d'autres qu'à chaque fois "il me fait/faisait une otite". 

Face aux symptômes annonçant la venue d'une dent, que faire ? Mettre tout sur le compte de la poussée dentaire et ne pas s’inquiéter ? Ou au contraire chercher si il n'y a pas de désordre systémique ?


Le mythe entourant la poussée dentaire chez le nourrisson est si fort qu'en 1839 on lui a attribué 5016 décès en Angleterre et Pays de Galles soit 12% des décès chez les moins de 4 ans  ...
Ces croyances ont perduré malgré les études menées (dont celle d'Honig à Philadelphie auprès de pédiatres).

Les enfants souffraient alors de diarrhées, présentaient de la fièvre, des érythèmes fessiers, un nez qui coule. Mais aucun de ces symptômes n'a pu être expliqué par la poussée dentaire. 

Néanmoins l'hypersalivation, le besoin de mordre, le suçage de pouce, la perte d'appétence pour les solides le fait de se frotter l'oreille, l'irritabilité et l'agitation diurne seraient bien expliqués par la poussée dentaire. 

35 % des enfants qui "font leurs dents" ne présentent aucun symptômes. 

Il ne faut en aucun cas attribuer "aux dents" les bronchites, éruptions cutanées, diarrhées, perturbation du sommeil, toux, vomissements  et une  fièvre (supérieure à 38.8°C)  , ainsi que la perte d'appétence pour les liquides, cela ne ferait que reculer le diagnostic d'une pathologie plus grave et dangereuse (gastro-entérite aiguë, méningite, bronchiolite, primo-infection à l'herpès buccal..).

Finalement le problème viendrait aussi des parents qui cherchent à se rassurer en trouvant une raison aux modifications d'humeur ou de sommeil de leur enfant. Il est par ailleurs difficile de distinguer ce qui est physiologique ou non à l'âge de la première dent ( vers 6 mois généralement) , âge auquel la plupart des mères n'allaitent plus exclusivement au sein, où l'enfant développe son propre système immunitaire et développe des affections mineures, est gardé "à l'extérieur" et découvre les microbes en collectivité, et où il découvre les aliments solides et le monde qui l'entoure en général (léchage de sol ou de jouet pas propre ou partagé inclus), l'utilité de sa langue et la déglutition ! 

On notera par ailleurs que l'éruption des dents définitives (sauf les dents de sagesse) se fait sans "bruit". 




En attendant quel traitement donner à l'enfant ? 

Steward (Steward M. Infant care – teething troubles. Community Outlook 1988; May: 27–28.) recommande cette approche :

  • Dans un premier temps, donner à l'enfant un objet froid à mordre (propre et dur de préférence NDMM). Eviter les aliments à base de glucides (donc le pain, les boudoirs ...) en raison du risque carieux.
  • Si  la douleur et l'inconfort persistent, donner du doliprane sans sucre en sirop (les suppositoires c'est bien aussi mais article anglais NDMM) (et l'homéopathie aussi si vous y adhérez NDMM).
  • En dernier recours mettre un gel anesthésiant sur les gencives. 
D'autres pistes ici





Post inspiré par la lecture de cet article.  

Et un rappel :





Update:

Ce que j'ai testé

Esthétique et pratique car se met au frais. Par contre au réfrigérateur je trouvais que ce n'était pas assez froid donc je le plaçais dans le congélateur. C'était parfait pour soulager sauf que Bébé Carie préférait mordre le plastique vert et s'est donc fait une cloque/brûlure au froid en tenant par la partie "fruit".
L'inconvénient pour moi de cet anneau est qu'il en faudrait 2 en période de poussée dentaire, pour en avoir un "toujours frais", car mine de rien ça se réchauffe vite.
Par ailleurs on ne peut pas le laisser dans le lit pour la nuit ou alors on perd l'intérêt du froid pour soulager.



L'anneau de dentition "classique" dur est pour moi une valeur sûre, on peut le laisser sans problème dans le lit sans se soucier du risque d'étouffement, de brûlure au froid ... En plus ce modèle avec les mini-peluches était parfait pour le distraire en dehors des poussées dentaires.


Ces anneaux sont adaptés pour les premières dents, mais dépassés pour l'apparition des molaires. Alors j'ai cherché (surtout après avoir constaté que Bébé Carie aimait mâchouiller la brosse à dent manuelle) un autre modèle.


Au premier abord on se demande si ce n'est pas un peu barbare, mais ce fut adopté sans souci, l'avantage est que le bébé (à l'âge des premières molaires) sait orienter les picots pour bien masser. pas de problème de régurgitations dues à un enfoncement profond dans la glotte (la bague de sécurité est là aussi pour ça). Je déplore de ne pas avoir trouvé de kit avec la brosse de massage seule, je me dis que je vais garder la brosse à dent 1ère âge pour un futur bébé. 


A lire sur le sujet http://www.sciencesetavenir.fr/sante/os-et-muscles/20160602.OBS1791/poussees-dentaires-des-nourrissons-definition-symptomes-traitements.html

Meilleurs vœux !

Je vous souhaite une belle et heureuse année 2015, pleine de petits et grands bonheurs, de joie, et surtout de sourires dentés ou édentés. 

Rien de mieux qu'une nouvelle année pour prendre de bonnes résolutions. De mon côté je n'achèterais plus Causette et j'ai décidé de me coucher plus tôt.

Et vous ?
Une erreur est survenue dans ce gadget