lundi 14 novembre 2016

La (in)compétence

Récemment j'ai reçu en urgence une patiente que j'avais vu dans les premières semaines au cabinet.

A l'époque j'étais donc 3 ans plus jeune et 3 ans moins expérimentée.

Ce jour-là je n'avais pas réussi à extraire sa dent. Ou du moins elle ne m'avait pas laissé continuer.

Aujourd'hui elle revient pour une autre dent qui partira en 3 secondes. Elle reprend donc rendez-vous pour la suite des soins. 

Je lui avais dit que ce serait pour enlever la dent "pas enlevée" d'il y a 3 ans mais elle n'avait du m'écouter d'une seule oreille (ou alors je n'avais pas hurlé assez fort). 

Sur le fauteuil elle se braque, au lieu de se mettre en confiance et de penser à celle qui lui a enlevé dent en moins d'une minute de l'autre côté elle pense à celle qu'elle a vu il y a 3 ans. 

Elle rajoute que mon titulaire (à qui j'adressais mes extractions "pas finies" à l'époque) lui avait stipulé que ça ne servait à rien d'enlever cette dent, surtout qu'elle était dévitalisée. (Dévitalisée certes mais à l'état de chicot). 

J'ai pris une grande inspiration et je lui ai demandé de me faire confiance et de me laisser terminer cette fois-ci.

L'extraction ne présentait aucune difficulté, elle avait juste du trouver mon geste pas assez sûr et surtout mon jeune âge avait du lu l'effrayer (la preuve elle préférait croire un dentiste plus vieux qui n'avait juste pas envie de s'enquiquiner avec une dame âgée).

 Au final il suffisait d'une dose suffisante d'assurance de mon côté pour m'imposer et lui faire comprendre que je savais faire.

Pas facile de ne pas être déstabilisée mais finalement c'est cela aussi l'expérience, avoir confiance en soi pour avancer.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Une erreur est survenue dans ce gadget